Episode 10 : Il était une fois une conférence.

 

Un après-midi, Delphine rentre à l'appartement.

Delphine : Vous êtes tous invités à la conférence sur la presse politique ce soir à 19h30.

Benoit : Qu'est ce qu'on en a à foutre de la presse politique ?

Delphine : Prend ça comme une chance ; normalement, ce ne sont que les étudiants en jounalisme qui y ont le droit. Mais comme vous êtes des amis de moi, vous êtes invités.

Matthieu : Moi je préférerais aller à des conférences sur le travail de Coralie. Là au moins il y a des gens interressants à rencontrer...

Delphine : Dans mon métier aussi il y a des gens interressants ! Regarde : Claire Chazal...PPD...

Alex : Oui, mais est-ce qu'ils seront à une mini conférence pour les rédacteurs du journal du collège ?

Delphine : C'est sûr que les étudiants étudient au collège ! Si ça ne vous plait pas, vous ne venez pas !

Matthieu : Il y aura de quoi manger ?

Delphine : Bien sûr, nous seront assis à des tables et on bouffera pendant que les gens parleront.

Tous : Je viens !

Thomas : Au fait, est-ce qu'il y aura Evelyne ?

Delphine : Evidemment, pourquoi ?

Thomas : Mauvaise réponse. Je ne viens pas.

Delphine : Oh ! Tu pourrais faire un effort !

Thomas : Meuch...

Delphine : Pour moi !

Thomas : Mouaif...

Delphine : S'il te plait ! Mon petit Thomas qui chante si bien et que tout le monde aime tant !

Thomas : Huhu ! Bon, c'est d'accord !

Delphine : Merci ! T'es un amour !

Thomas : Hi ! Hi ! (il se retourne vers les autres). C'est vrai que tout le monde m'aime beaucoup ?

Coralie : Bon ! Je vais aller me préparer !

Benoit : Oui, c'est très important cette soirée. Il faut être bien habillé !

Marie : Je vais aller faire pipi !

Vera : Moi je t'aime bien Thomas !

Thomas : C'est vrai ?

Vera : Oui ! Mais pas pour tout le monde !

Le soir.

Alex : Oh ! Nos places sont déjà attitrées ! On a nos noms dans nos assiettes !

Delphine : Ne vous inquiétez pas, j'ai demandé à ce qu'on soit tous les six ensembles.

Thomas : Je suis en face de qui ? ...Marie ! Super ! Et je suis à côté de...Evelyne ! Ah ! Quel horreur ! On déménage !

Delphine : Surment pas ! Tu vas t'assoir calmement et je vais t'enlever ton couteau pour que tu évite de la tuer.

Evelyne arrive.

Evelyne : Oh ! Mais qui voilà ! Mes huit meiileurs amis tous réunis ! On va bien bien s'amuser !

Thomas : Tu sais quoi ? On va jouer à "tu pus de la gueule". Le but c'est de se la fermer le plus longtemps possible. Si tu ouvre la bouche je te met du déodorisant à chiottes dedans comme ça tu pus plus de la gueule et en plus t'es assphyxiée et tu crèves !

Evelyne : Ah ! Ah ! A ouai ! En fait ça fait deux en un ! C'est cool !

Thomas : Quel cauchemard !

Delphine ramène des verres de champagne.

Thomas : Super ! Une cuite pour oublier tous mes malheurs !

Evelyne : On devrait aller sur une île déserte tous les deux. Il n'y aura plus de malheurs !

Thomas : Tu veux rire ? Ca serait la pire des choses qui puisse m'arriver ! Pire que si la peste s'abattait sur mes pauvres épaules ! Pire que la fois où mes parents ne m'ont pas offert l'action man dont je rêvait quand j'avais neuf ans. Pire que..

Evelyne : Ah ! Ah ! Ah ! Qu'est ce que tu es drôle !

Thomas : Il faut que je me dépèche de me saouler. Je crois que je ne vais pas tenir très longtemps !

Marie : Dis-donc, il est bon ce champagne ! Je crois que je vais en reprendre un peu.

Mais, une heure plus tard, ils sont complètement saoûls tous les deux. Thomas pour sa volonté et Marie contre son plein gré.

Marie : Moi, mes chocolats au bain-marie, je les rate toujours !

Thomas : C'est peut-être parce que tu t'appelles Marie !

Les deux : Ouah ! Ah ! Ah !

Benoit : L'alcool ça les réussit pas !

Coralie : Marie n'a pas l'habitude.

Evelyne : Eh ! Je vais vous raconter une histoire ! Un jour, Clémentine... (blablabla...)

Tous : ...?

Marie et Thomas : Ah ! Ah ! Ah ! C'est trop drôle !

Thomas : (à Evelyne ) Tu sais que t'es belle toi ?

Alex : Ca y est ! Il s'est réconsilié avec elle !

Delphine : A ce stade là, j'aurais préféré lui laisser son couteau...

Marie : GEUH !

Delphine : Là, ça devient très grave !

Thomas : Je vais chanter une chanson : Je suis pété ! Lalalala ! Evelyne elle est pas belle ! Marie ne sais pas faire de caramel !

Marie : Du chocolat !

Vera : Peut-importe ! Tu ne sais faire ni l'un ni l'autre !

Marie : Oh toi l'Australienne, ta gueule ! Quand tu cuisines des plats marciens, c'est dégueulasse !

Vera : Je ne suis pas Australienne ! Et mes plats sont bons ! Hein ?

Tous : Mais oui !

Marie : Mais non !

Evelyne : Qu'est ce qu'on s'amuse !

Delphine : Bon, j'essaye d'écouter la conférence !

Thomas : Je vais te la faire moi ta conférence !

Il se lève, va sur la scène et prend le micro.

Thomas : Bonjour ! Comment vous allez mal ? Je vais vous parler des perroquets du Pôle Nord, sur qui vous aurez l'obligence de faire une interview. Alors, la marmotte du Cancer des tropiques est de partie communiste et saute en l'air avec un air de Delphinousse Muzardation, ce qui est très tragique !

Delphine : Quoi ? Reviens ici tout de suite !

Thomas : Petite chanson interprétée par moi : Viens Delphine, dans ma machine, qui pète, re-pète, fait une grosse crotte !

Tlm : Oh !

Coralie : Bon, je m'en vais.

Les cinq autres (sans Marie) : Nous aussi !

Marie : Au revoir les amis de nous !

Evelyne : Ah ! Ah ! Ah !

Le lendemain matin, tout le monde est levé sauf Marie et Thomas. Dans la chambre de ce dernier...

Thomas : Ouah ! J'ai un de ces mal de crâne !

Mais, à côté de lui, la couverture bouge et laisse apparaître...

thomas : Ahhhhhhhhhhhhh!

Vera : Qu'est ce qu'il se passe ?

Alex : Oh ! Il doit se souvenir de sa mémorable soirée !

Thomas sort en courantde sa chambre et court dans tous les sens.

Thomas : Sauvez moi !

Et qui sort tranquillement de sa chambre ?

Tous : Evelyne ?

Evelyne : Coucou les amis !

Thomas : Dites moi que c'est un cauchemard ! Je vous en supplie !

Evelyne : Quand est-ce que tu me présente à tes parents mon chéri ?

Thomas : Jamais ! Ca diminurait leur espérance de vie.

Evelyne : Et moi, quand est-ce que je te les présente ? Ah oui ! C'est vrai ! Ils sont morts l'année dernière !

thomas : Avoir une petite copine, d'accord. Mais il a fallu que je prennes la fille la plus moche et la plus conne de toute la Terre !

Evelyne : Tu as toujours autant ton sens de l'humour !

Thomas : Il faut que j'ailles aux toilettes. Alex, viens m'aider !

Dans la salle de bain...

Thomas : Comment est-ce que je vais faire pour la dégager d'ici ?

Alex : Et bien puisqu'elle a l'air de prendre ça très au sérieux, moi je pense qu'il faudrait que tu embrasses une autre fille devant elle !

Thomas : Des fois, j'aimerais qu'Alex ne pense pas... Et qui est ce qu'il faut que j'embrasse ?

Alex : Et bien...Analysons la situation... Marie ne s'est pas encore levée ; Delphine a David, Coralie ne s'est pas encore lavée les dents... Il te reste Vera...

Thomas : Il n'y a pas d'autres solution ?

Alex : Si, tu peux aussi embrasser un garçon...

Thomas : Bon, va pour Vera !

Il sort dehors et tend les bras.

Thomas : Ma chérie !

Evelyne : Mon chéri !

Mais il dépasse Evelyne, se précipite sur Vera et l'embrasse de force.

Vera : Et ! Ca ne va pas ?

Alex : Ta gueule !

Evelyne : Oh ! Je...je suis outrée ! Je ne peux pas entretenir une relation avec un monsieur qui en embrasse une autre devant moi ! Je me retire ! Adieu mes amis !

Plus tard, au bar...

Benoit : Marie, c'est pas des jus d'oranges qu'on avait demandé !

Matthieu : Laisse la ! Elle est encore un peu saoul !

Alex : Alors Vera, heureuse ?

Vera : Ca peut aller ! Il embrasse très bien !

Thomas : Vous savez, cette histoire m'a dégouté du chant.

Tous : Tant mieux !

 


 ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Episode 11 : Il était une fois deux nouveaux couples.

Un vendredi soir, Coralie rentre. Delphine, Marie, baptiste et Nicolas sont déjà là et jouent aux cartes.

Coralie : Salut ! Quoi de neuf ?

Matthieu : On a des nouveaux voisins ! Un couple de notrer age.

Coralie : Ah ? Et ils sont gentils ?

Alex : On ne sait pas, on ne les a encore jamais vu.

Delphine : Et toi, ça va ton nouveau boulot ?

Coralie : Non, c'est la dernière fois que j'accèpte de travailler dans une maternelle. De toute façon, l'aide que je remplace revient bientôt alors j'aurais bientôt finit.

Quelques minutes plus tard, Benoit rentre et fait la gueule.

Benoit : Devinez quoi ! Je viens de perdre mon travail !

Tous : Oh !

Benoit : vous sentez pas obligés de compatire. Mais c'est vraiment affreux. Je suis au chomage !

Coralie : Peut-être que c'est de famille ! Peut-être que c'estla malédiction du chomage et des boulots nuls qui s'abats sur notre pauvre famille !

Benoit : J'aime Coralie quand elle nous remonte le moral !

Coralie : Si tu veux autre chose, tu n'as qu'à venir avec moi !

Benoit : Changer les couches de gosses qu'auront chiez dans leurs frocs ? Non merci !

Coralie : Tu veux te retrouver au chomage ?

Benoit : Bon, c'est bon, d'accord !

Coralie : Bien, je me renseignerais.

Vera et Thomas rentrent, des sacs à la main.

Les deux : Salut tout le monde !

Marie : Où est-ce que vous étiez ?

Vera : Nous avons fait quelques achats.

delphine : Dites-donc, ça vous a rapproché ce petit bisou l'autre jour !

Benoit : Vous pouvez dire merci à Evelyne !

Thomas : Très drôle !

Vera : Bon, je dois y aller. L'hopital m'attend. Je rentre cette nuit. Bonsoir !

Tous : Salut !

Thomas se vautre dans le fauteuil.

Thomas : Vous savez quoi ? Vera est la fille la plus géniale que j'ai jamais rencontré ! On a pas arrêté de rigoler pendant notre balade ! On a beaucoup parlé de l'Alllemagne..

Alex : Je croyais que tu détestais l'Allemagne !

Thomas : Alex, as-tu été créé par Dieu pour faire mon malheur ?

Tous le regardent avec des grands sourires.

Thomas : Ben quoi ?

Delphine : Tu es amoureux !

Thomas : Moi ? Mais non !

Matthieu : Allez ! Ne nous cache rien ! On est tes amis !

Thomas : Bon, d'accrod, c'est vrai. Je crois bien que je suis amoureux.

Marie : ah bon ? De qui ?

Benoit : Bon allez Marie, va te coucher. Tu es fatiguée aujourd'hui !

Coralie : Il faut que tu lui dises. Ca serait génial que vous soyez ensembles !

Thomas : Bon d'accord, je lui dirais demain.

Le lendemain matin, tout le monde est levé, sauf Thomas.

Vera : Qu'est ce que vous avez tous à me regarder avec ce sourire niais ?

Delphine : Alors ma puce, tu ne nous as pas raconté comment ça c'est passé hier !

Vera : Oh ! Thomas est un garçon très gentil ! Par contre il est un peu bête et un peu bébé. Il faisait semblant de s'interresser à L'Allemagne alors que ça se voyait très bien qu'il la détestait !

Tous : Ah d'accord...

Coralie : Mais...Tu le trouves quand même sympa ?

Vera : Oui ! Bien sûr !

Thomas arrive et, d'une façon très spectaculaire mais très comique, s'agenouille devant elle et lui prend la main.

Vera : Oh mon Dieu ! Tu va me demander en mariage !

Thomas : Mais non ! Je voulais juste te dire que je t'aime !

Vera : Tu répète une pièce de théatre ?

Thomas : Mais non ! C'est vrai !

Vera : Oh ! Je...euh...

Thomas : S'il te plait ! S'il te plait !

Vera : Bon, c'est d'accord. Mais à une seule condition...

Thomas : Tout ce que tu voudras.

Vera : Je voudrais que tu ne viennes jamais chanter sous ma fenêtre !

Thomas : C'est d'accord. Tu veux qu'on ailles se promener ?

Ils s'en vont tous les deux.

Alex : Vous croyez que ça marchera ?

Benoit : Une casserole et une empoisonneuse, ça ne peut que marcher.

Marie : Dites, vous ne trouvez pas que les voisins font un peu de bruit en emménagant ?

Coralie : On va les aider ?

Tous : D'accord.

Ils sortent tous.

Delphine : Non mais je rêve ! Mon cousin obsédé du cul, Jean-Baptiste, emménage à côté de chez moi et en plus, avec sa nouvelle petite copine !

Matthieu : Ah ? Moi je trouverais ça plutot drôle !

Coralie : Et n'oublie pas que moi je vis 365 jours sur 365 sous le même toit que mon cousin !

Delphine : C'est ça ! Marrez vous bien ! De toute façon, j'ai un rendez-vous avec David. Ca tombe bien !

Matthieu : Mais non ! Reste ici ! Je suis sûr qu'ils sont très gentils !

Delphine : Ah oui ? Et bien, faites donc connaissance !

Elle s'en va.

Matthieu : Suis-je donc si malheureux ?

Coralie : Pourquoi est-ce que tu ne te tournes pas vers quelqu'un d'autre ?

Matthieu : Parce que je garde une flamme d'espoir !

Coralie : Rends-toi à l'évidence, Roméo. Ta flamme est éteinte !

Matthieu : Tu as raison ! Je vais donc me tourner vers...toi !

Coralie : Euh...Non ! Ca, c'est une très mauvaise idée ! il faut que tu trouves quelqu'un que tu aimes et qui t'ailles.

Matthieu : Vera ?

Coralie : Elle est déjà prise.

Matthieu : Ah oui, c'est vrai. Bon, je vais chercher.

Coralie : C'est ça, cherche bien. Quand tu auras trouvé, tu m'appelleras.

Le soir.

Marie : J'ai quelque chose à vous annoncer. J'ai invité Anne-Laure, Jean-Baptiste et sa copine Marina à manger ce soir.

Tous : Quoi ?

Thomas : Et qui va faire la bouffe ?

Vera : Moi, je veux bien.

Thomas : Euh...écoute chérie, c'est très serviable de ta part mais...on va faire un plat surgelé !

Vera : Tu es malade ! Pas quand il y a des invités !

Delphine : Ouai, bah moi, je préfère me tirer.

Marie : Non ! Toi tu restes ! Tout le monde reste !

Delphine : D'accord, mais j'invite David aussi.

Matthieu : Personne ne reste ! Tout le monde se casse ! La soirée est annulée !

Marie : Non mais t'es fou ou quoi ? Qu'est ce qu'il te prend ? Bien sûr que non que la soirée est annulée.

Matthieu : Excuses moi, c'est ma mauvaise conscience qui me fait dire des trucs incroyables parfois.

Les invités arrivent. Ils commencent à manger.

Alex : Alors, racontez-nous comment vous vous êtes rencontré.

Marina : Et bien, on était en boite et j'ai vu Jean-Baptiste qui...

Delphine : Et blablabla, et gnagnagna ! Mais qu'est ce qu'on s'en fout !

Marie : Allons, tais-toi !

Vera : Voilà ma spécialité !

Jean-Baptiste : Mmmmh ! Ca a l'air appétissant ! Mais ça sent les pieds, non ?

Vera : Les pieds ?!?

Jean-Baptiste : Euh... Non ! je me suis trompé d'odeur !

Anne-Laure : Mais non ! Ca sent la merde ! Quelqu'un a pas tiré la chasse ?

Tous : Anne-laure !

Ils se servent. Thomas manque de s'étouffer.

Thomas : Ahh ! Au secours ! Beurk ! Vera ! Qu'est ce qui te prend de faire de la bouffe aussi dégueulasse ?

Vera : Quoi ? J'espère que tu plaisantes !

Thomas : Mais non ! Tu as faillis me tuer !

Vera : Je n'arrive pas à croire que tu me dises ça ! Puisque c'est comme ça, c'est finit entre nous !

Thomas : Quoi ? Mais, Vera, je ne voulais pas te vexer ! Regardes, je manges tout ! Mmmmh ! C'est bon !

Vera : Tu joues très bien la comédie ! Mais je ne suis pas tout à fait idiote !

Anne-Laure : Ah bon ?

Tous : Anne-Laure !

Vera : Je ne referais plus jamais la cuisine ! Et je me casse !

Anne-Laure : Au-revoir !

Tous : Anne-Laure !

Anne-Laure : Bon bah puisque c'est ça, je me casse aussi !

tous : Ouai !

Thomas : Ma petite Vera ! Elle est partie !

 


~~~~~~~~~~~~~~

Episode 12 : Il était une fois une rebelle.

 

Le lendemain matin, Marina entre dans l'appartement.

Marina : Vous avez vu Jean-Baptiste ? Il est parti hier vers minuit et il n'est pas revenu !

Delphine : Il a couché avec une autre !

Marina : Quoi ?

Delphine : C'est mon cousin, je le connais. Et je peux affirmer qu'en cette situation, il a couché avec une autre.

Marina : Mais avec qui ? Et pourquoi ?

Delphine : Première question : je ne peux pas te répondre. Et deuxième question : c'est la nature de la famille.

Matthieu : Alors tu pourrais tromper David et coucher avec moi ?

Delphine : Cette blague n'est pas drôle. Bon, je vais te trouvr une autre réponse...il eb avait marre de toi !

Jean-Baptiste sort, comme par hasard, de la chambre de Vera. Marina se met à chialer.

Jean-Baptiste : Ben quoi ma pupuce ?

Marina : tu...tu...

Jean-Baptiste : Je quoi ?

Vera sort de sa chambre.

Jean-Baptiste : Ah ! Ca ! Oh, mais tu sais, ça, c'est pour rigoler ! Bon, tu viens ? On rentre !

Marina : Ouai, c'est trop drôle ! Je vais faire mes bagages !

Jean-Baptiste : Ah bon , On part en voyage ? C'est toi qui paye ?

Marina : Tu n'as qu'à partir en voyage de noces, toi et ta nouvelle petite copine.

Jean-Baptiste : Mais voyons ! Puisque je te dis que ce n'était qu'une partie de jambes en l'air ! Je vais t'expliquer : en fait, ça commençait à devenir lassant avec toi, alors je me suis dis...

Marina : Quoi ? Alors là, c'est sûr, c'est finit !

Elle s'en va ; Jean-Baptiste la suit.

Thomas : Alors Vera, tu es contente de toi ?

Vera : Oui. Et toi, tu es content de moi ?

Thomas : Mais... Tu fais ce que tu veux ! D'ailleurs, je vais m'en aller, comme ça, tu seras complètement libre !

Le soir venu, Vera, Alex, Benoit, Matthieu, Coralie et Marie sont dasn l'appartement.

Alex : Alors Benoit, ton retour à la maternelle, c'était bien ?

Benoit : Super !

Coralie : La prochaine fois, quand un gamin te dira qu'il a envie de vomir, tu l'emmènera aux toilettes au lieu de lui donner un baril de jouets !

Benoit : J'ai prit la première chose qui était autour de moi !

Delphine rentre, va directement dans sa chambre et ressort habillée comme une pute.

Alex : Tiens, tu va faire les trottoirs ?

Benoit : Tu prends combien ?

Delphine : Très drôle ! Je vais en boite.

Matthieu : Toute seule ?

Delphine : Non, avec des amies !

Coralie : Tu as d'autres amies que nous ?

Marie : Tu veux qu'on vienne ? On fera connaissance !

Alex : Oui ! Je suis sûr qu'elles sont très jolies !

Delphine : Je me suis trouvée de nouvelles amies parce que les anciens sont périmés !

Coralie : Alors ça c'est pas gentil !

Vera : J'ai pas compris !

Marie : Tu veux dire que tu ne nous considère plus comme des amis ?

Delphine : Non, j'ai enfin trouvé les amies dont je rêvais. Vous, vous n'étiez quedes bouches-trous. Maintenant, je ne vous considère plus que comme des colocataires.

Matthieu : Mais enfin ! C'est absurde ! Et David, qu'est ce qu'il pense de tout ça ?

Delphine : David, c'est finit. Il faut que je me trouve un petit copain un peu plus...punk !

Vera : Habillée comme ça, il y a des tas de punks qui te proposeront des sous pour être une sorte de petit copain juste pour une nuit !

Delphine s'avance vers elle et lui fout une claque.

Delphine : Allez ! Salut les vieux !

Vera : Je n'arrive pas à y croire.

Coralie : Alors là, moi non plus.

Matthieu : Elle a quitté David ! Vous croyez qu'on peut facilement faire de moi un punk ?

Coralie : Matthieu ! Tu m'avais promis !

Matthieu : Ah oui, c'est vrai . Excuses-moi.

Thomas rentre.

Thomas : Salut tout le mond ! Vous en faites une tête ! Vera vous a fait gouter un nouveau plat ?

Benoit : Delphine s'est trouvé d'autres amies !

Thomas : C'est pas étonnant : avec la gueule que vous faites, on a vraiment pas envie d'être vos amis.

Alex : Mais non ! Ce que tu peux être con ! C'est parce qu'elle est partie qu'on a ces gueules-là ! Mais toi, tu as l'air de t'en foutre.

Thomas : Je ne m'en fous pas, je suis simplement amoureux !

Vera : Ah ouai ? De qui ?

Thomas : De ma secrétaire Karine. En fait, je me rends compte que j'en étais amoureux depuis longtemps. Mais je vais bientôt lui demander si elle veut bien sortir avec moi.

Tous : Mais c'est super !

Vera : Mais oui ! C'est super ! Je suis très contente pour toi ! Et je vois que personne ne se préoccupe de mon pauvre sort !

Thomas : Dis-donc, c'est de ta faute si on ne sort plus ensembles. Tu n'as qu'à apprendre à cuisiner.

Vera : Franchement, qu'est ce que tu as contre ma cuisine ? Je cuisine très bien ! N'est ce pas tout le monde ?

Tous : Hem hem...

Vera : Tu vois ! Ils sont tous d'accord avec moi ! De toute façon, je peux en dire autant à ton sujet ! Tu chantes très très mal !

Thomas : A ben ça c'est la meilleure ! Demandes aux autres ! Je suis sûr qu'ils adoraient ma musique.

Tous : Hem...hem...

Thomas : Très bien, tu as gagné un point ! Tu es contente ?

Alex : Bon, au lieu de vous disputez, proposez plutôt qu'on ailles en boite pour surveiller Delphine.

Vera : Tu es drôle toi ! C'est plus la peine qu'on le propose ! Puisque tu viens de le faire !

Plus tard, en boite.

Benoit : Elle est là-bas.

Matthieu : Ouah ! Elles sont jolies ses copines.

Coralie : Matthieu !

Matthieu : C'est pas toi qui m'avais dit d'aller chercher ailleurs ?

Vera : Elles font juste un peu...prostituées !

Coralie : Eh ! Les amis, je nous sens suivit et surveillés !

Alex : C'est moi qui ais volé des documents de la plus haute importance à la NASA.

Coralie : Quoi ? Mais tu es fou ! Ils vont tous nous arrêter, on va être mis à la torture...

Alex : Je plaisante ! Tout ça pour te dire que t'es trop parano.

Thomas : Je viens d'avoir une idée géniale.

Vera : Venant de toi, ça m'étonnerais que ce soit aussi génial que ça.

Thomas se dirige vers le DJ, le dégage, et prend le micro.

Thomas : Bonjour tout le monde. Je vais vous interpréter une chanson dédiée à une amie qui nous a malheureusement quittée.

Delphine : Merde ! Qu'est ce qu'il fout là, lui ?

1 amie : Tu le connais ?

Delphine : Moi ? Mais non, pas du tout. Je...j'ai cru que c'était mon frêre !

Thomas : Delphine, notre amie, pourquoi es-tu partie ? Maintenant, avec tes amies les petites putes, tu fais les trottoirs, ou au moins on diraitque tu les fais. Reviens s'il te plait...

Marie : Il va la faire fuire !

1 amie : C'est marrant hein ? On dirait qu'il parle de toi Delphine.

1 autre : On est des putes, hein ? C'est ça ?

1 autre : Allez, on se casse. C'est trop la honte !

Delphine : Mais non ! Restez ! On est des amies !

Thomas : Oh ! Les petites putes sont parties. Elles retournent à leurs activités nocturnes ; c'est l'heure !

DJ : Bon, dégage maintenant ! Sinon, j'appelle la police.

Thomas : Au-revoir !

Benoit : Tiens donc Delphine ! Tes supers amies t'ont laissées tomber ?

Delphine : Beuh...je...euh...OUIN !

Vera : Ma pauvre chérie ! C'est pas grave.

Delphine : Excusez-moi.

Matthieu : On t'excuses à une seule condition...

Delphine : Dis toujours...

Matthieu : Tu nous présentes tes anciennes copines qui ont l'air si intéressantes.




~~~~~~~~~~~~~~~~